Et si l’on pouvait gagner en bourse en période de crise boursière ? 2


Dans toutes les périodes de crises, économiques, politiques, civiles, guerres… de nombreuses fortunes se sont crées.
Certains diront que ce sont les requins qui se sont enrichi sur le dos des autres, mais je laisserai ces réducteurs responsables de leurs médisances. En revanche on pourra dire que ceux qui ont gardé la tête froide, qui ont analysé la situation, ont pu voir des opportunités.
C’est connu, dès lors que notre attention se focalise sur quelque chose, nous remarquons tout ce qui se rapporte à ce quelque chose. Pensez acheter une BMW, et vous ne verrez plus que des BMW. C’est exactement le principe de la loi d’attraction. Il n’y a pas plus de BMW qu’avant, mais vous les voyez toutes. De même lorsque votre attention est figée sur la crise, vous ne voyez que les signes (négatifs) de la crise. Si votre attention en période de crise est portée sur les opportunités, vous verrez les opportunités.

En période de crise économique, il y a de nombreuses opportunités. Par exemple répondre à le demande de pénurie (ex: sucre, pates…) de carburant… En cas de guerre, investir dans les usines d’armement est l’assurance de plusvalues et/ou de dividendes (l’état paye toujours).

Lorsque la bourse s’effondre, tous les secteurs ne s’effondrent pas. certains florissent, d’autres se maintiennent. Parmis ceux qui se maintiennent, il y a les stés foncieres qui louent à l’état (Eiffel, Befimmo…). Achat/revente pour faire des plus-values, attente pour de bons dividendes.

Celui qui a du cash, voudra aussi acheter des actions de sociétés “increvables” (Elf, Total…) et attendre la remontée des cours… et là, jackpot, on double ou triple son capital… ou plus.
Les start-ups sont aussi une excellente opportunité car elles permettent une énorme plus-value à l’introduction en bourse. C’est d’ailleurs sur cette voie que tous les investisseurs avisés se lancent en ce moment, alors que l’explosion de la bulle financière et de la planche à billets est simplement indiscutable.
De plus il y a de nos jours bon nombres d’options pour le petit épargnant, par le biais de Clubs de Private Equity, qui investissent dasn un grand nombre de Start-ups, et les risques sont considérablement réduits, pour ne pas dire éliminé (http://bit.ly/1MrPYiT notre préféré).

Branchez-vous “opportunité” et profitez de la crise à venir..

Pour ne rien manquer...

laissez-nous vos coordonnées

Nous respectons votre confidentialité

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Et si l’on pouvait gagner en bourse en période de crise boursière ?

  • Ferblantier

    Bjr voilà je suis basé dans l’océan Indien précisément à l’île de la réunion, j’ai une petite économie j’aimerais avoir quelque petit conseil sur quel placement il faut y aller car de nos jours les banques me semblent plus intéressant. Et je suis parti sur le sote Buiness Angel il est tout en anglais.
    Merci pour réponse
    Cdlt
    Max

    • finperso Auteur de l’article

      Un club de Private Equity (mal nommé en Français Capital Risque) permet en effet de limiter considérablement les risques, puisque comme dans le cas des FCP, ça étale le risque sur un grand nombre de sociétés.
      Imaginez mettre 1000 dans 6 sociétés… même si 5 disparaissent, et une fait 5 fois le capital à l’entrée en bourse, vous n’avez toujours rien perdu… hors ce scénario de 5 chutes pour 1 succès me semble peu réaliste.
      Un point est à prendre en compte : vos fonds sont bloqués jusqu’à l’opération de sortie. Il ne faudra y mettre que ce dont vous n’avez pas besoin, et garder votre réserve opérationnelle sur un autre support tel que la bourse.
      Notre astuce boursière pour créer de la plus-value est la suivante :
      1 – identifier 3 ou 4 sociétés hyper solide, qui ont des fluctuations de capital régulière (le plus souvent possible) mais toujours dans la même fourchette. On surveillera les cours grâce à des alertes, afin d’acheter en bas et vendre en haut.
      Bien sûr, il y a toujours un risque en bourse, mais une diversification sur 3 ou 4 sociétés permet de palier à une éventuelle accalmie des fluctuations.