Êtes-vous content du rendement de votre épargne ?


Si la réponse est “oui” alors cet article n’est sans doute pas pour vous. Quoique…
peut-être faudrait-il savoir ce que l’épargne peut rapporter.

Pour commencer, soyons conscient que le gain de l’épargne est égal aux “intérêts – inflation – impôts”

Alors, même si vous croyez être content, voyons un peu si vous le serez à la fin de la lecture.
Que nous offrent les circuits “traditionnels” ? (banques et assurances)

  • Compte d’épargne (Ecureuil, logement, CEA etc) un misérable 0.75 à 1.4 %, soit inféreiur à l’inflation. Le seul avantage est la liquidité.
    Sans commentaire.
  • Investissements immobiliers locatifs “encadrés” (Lois Pinel, Scellier, Duflot…)
    Un excelent moyen pour le gouvernement de faire du HLM sns mettre la main à la patte, mais beaucoup moins intéressant pour le financier que vous devenez.
    Deux principaux pièges !

        – Les projets proposés sont généralement dans une ville lointaine et que vous ne connaissez pas. Le quartier est en général beaucoup moins attrayant que dans l’annonce et le baratin du vendeur et vous payez donc trop cher + la sortie sera beaucoup plus difficile et moins lucrative qu’espéré.
        – Pendant 25 ans votre argent est bloqué, et à la fin, le bien vous coûte une fortune à refaire pour en tirer la plusvalue attendue. Bien plus que les économies d’impôts réalisée.
        En général vous n’aurez pas couvert l’inflation ni l’indice du coût de la construction.
  • La Banque et la Bourse : Je pense que tout est dit sur le sujet. Les banques gagnent des fortunes quand l’épargnant perd la sienne. Cherchez l’erreur ! Plus le produit est compliqué, plus il cache de pièges. Souvent des frais cachés, toujours les gros risques en matière boursière. Se contenter des “valeurs sures”, mais les rendements de vous rendront jamais riche et surtout pas dans les mains d’une banque.
  • L’immobilier ? Vous déchanterez lorsque vous aurez eu vos premiers loyers impayés, et on le sait, en France, un locataire est chez lui, et donc intouchable. Et ça n’arrive pas qu’aux autres 😉 De plus le rendement paye, en général le crédit, éventuellement les charges d’immeubles et éventuellement les impôts afférents… Et attention aux charges imprévues pour gros travaux. Il s’agit donc la plus part du temps d’une épargne a long terme.

Alors ? toujours content du rendemant de votre épargne ?

Un bon vieux diton nous explique que “si tu veux être riche (ou autre) fait comme font les riches (ou le meilleurs de ce que tu veux devenir)” ou encore “dit moi qui tu fréquentes et je te dirai qui tu es”.
L’excuse du “Il faut être riche” est fausse !!! Plus aujourd’hui.
Il existe en effet bon nombre d’opportunités pour investir comme les riches, sans avoir beaucoup d’argent. En voici 2 qui sont nos favorites:

      1 – Les Sicafi / Siic : Sorte de fonds communs immobiliers. Chacun est plus ou moins spécialisé dans une type d’investissement (bureaux, centres commerciaux, établissements santé/retraite…) Rendement net (avant impôts) jusqu’à plus de 7% sans les affres de la gestion. De plus, Sociétés côtées, votre argent reste rapidement liquide.
      Exemples de Sicafi / siic : Tour Eiffel, Befimmo, Cofinimmo, Klepierre, Unibail Rodamco… ATTENTION : Veuillez noter que cette liste n’est en aucun cas une suggestion d’investissement et n’est donnée qu’à titre d’information pour aider le lecteur à découvrir le monde des Sicafi, trop méconnu.
      2 – Clubs de Private Equity / capital risque.
      Comme nous en avons déjà discuté, le terme français fait peur à tord. Il est vrai qu’un “riche” mettra beaucoup d’argent dans 1 ou 2 sociétés, et prendra donc de gros risque si cette société ne tient pas ses promesses.
      En revanche, un club d’investissement investira dans un grand nombre de sociétés. Avec des cotisations mensuelles dès 100 ou 200 €, les Clubs investiront la cotisation des membres dans chacune de ces sociétés sélectionnées, les mènera en bourse, et les membres feront des plus-values pouvant aller jusqu’à plusieurs 1 000ers de % au moment de l’OPA. Alors même si par hasard, 80 % de sociétés sélectionnées devaient (chose bien improbable) faillir, les membres restent grandement gagnants.
      Exemple: le Club investi pour vous 100 € dans 10 sociétés. Seulement 2 entrent en bourse avec des plus-values moyenne de 1000%, vous avez 2×100 x 1000% = 2000 €. Imaginons le pire (exemple catastrophe) les 8 autres ferment et vous avez perdu 800€. 2000 – 800 = 1200€ soit un rendement de 600% ! Demandez à votre banquier s’il sait faire. Réinvestissez tout ou partie de votre plus-value, gardez des actons de vos Sociétés préférées et construisez un protefeuille qui paira de bons dividendes… il y a fort à parier qu’en 4 ou 5 ans vous aurez multiplié votre épargne plusieurs milliers de fois.
      Un Club que nous aimons pour sa diversité et ses bientôt 4 ans d’existance: Angel Business Club

Tous les exemples ci-dessus sont bien entendu loin d’être exaustifs, et il vous appartiendra de faire votre propre diligence. L’objectif de cet article étant de sensibiliser le lecteur au fait qu’il existe de moyens de s’enrichir accessibles à tous, dans notre monde en crise.

Pour ne rien manquer...

laissez-nous vos coordonnées

Nous respectons votre confidentialité

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *